13 juillet 2015

Un trois heures au Grand Rassemblent des Premières Nations




J'ai pu participer au Pow Wow de Mashteuiatsh. Ce fût pour moi une expériences très enrichissante. j'ai prit quelques clichés lors de cette événement rassembleur que je vos partage.

Selon Wikipedia : 
«Le mot «pow-wow» est un dérivé du mot pau wau ou pauau, qui désigne un leader spirituel, une personne-médecine ou un rassemblement de leaders spirituels dans la langue algonquienne. Les Américains d’origine européenne ont cru que ce mot représentait tout rassemblement autochtone et ils ont déformé sa prononciation en pow-wow. Finalement, apprenant la langue anglaise, les Amérindiens ont eux aussi commencé à utiliser ce terme, avec sa nouvelle prononciation et son nouveau sens.»


Mashteuiatsh


Pekuakamiulnuatsh, Première Nation du Pekuakami (lac Saint-Jean), communément appellés Amérindiens du Canada, Indiens d'Amérique ou Montagnais, sommes un peuple à racine nomade c'est-à-dire au mode de vie basé sur des déplacements organisés sur le territoire que nous occupons et sommes de la grande famille des Algonquins de l'Est du Canada.

À l'époque, nos ancêtres vivaient principalement de chasse, de pêche et de cueillette de fruits sauvages. Comme ils avaient à parcourir d'immenses territoires, ils se servaient des lacs et des rivières comme voies d'accès. Le réseau hydrographique constituait donc leurs routes, à la base de leurs nombreux déplacements sur Nitassinan.

L'occupation humaine de la région du Saguenay- Lac-Saint-Jean remonte à environ 5 000 ans. C'est à cette période que commence l'histoire de notre peuple, les Pekuakamiulnuatsh, présent sur ces territoires bien avant l'Ère chrétienne, la construction des pyramides en Égypte et l'arrivée de Christophe Colomb en Amérique.


Le Grand Rassemblement


Il y avait plus d'un centaine de danseur de partout du Canada qui sont venu assister au Grand Rassemblement. Les costumes sont souvent fait à la main par les danseurs et danseuses avec des matériaux non-industrielles. Selon les traditions acquises depuis des millénaires, chaque disposition des matériaux à sa signification sacrées de la vision de la vie, du respect de la terres et tout ces être qui habite jusqu’à de l'au-delà. 

Pendant les festivités, la régie des matières résiduelles du Lac St-Jean , l'escouade Bleu, sont venu pour sensibilisé les Pekuakamiulnuatshs au triage des matières résiduelles en faisant quelques jeux. 


Il y avait plus d'une vingtaine de kiosque qui vendait des bijoux, vêtements en cuir et objets sacrés sur le site. 





 Eruoma Awashish est une artiste Multi-disciplinaire. Par ses œuvres, Eruoma cherche à faire le pont entre les nations québécoises et autochtones. Ses tableaux montrent l’hybridation et l’évolution de la culture autochtone au fil du temps. Les matières organiques et industrielles s’y côtoient en harmonie, la tradition rencontrant la modernité. Elle a participé au Grand rassemblement 














Un des drummer du groupe " Smoke Trail "  qui sèche son tambour sur la braise à cause de l'humidité relative trop élevé . Le bois à tendance à se gonflé à cause de l'humidité et  à déchiré le cuir extrêmement tendu sur ces lacets. 
Un enfant s'amusant au parc qui est situé en plein milieu du site. Même avec une chaleur de 30 degrés, les enfants été heureux sous un bruit fond des tambours. 




Un habilleur qui aide un enfants à ce vêtir. 



L'un des mes plus beaux moments était d'entendre ces chanteurs chanter sous le rythme du tambour à l'unisson. Comme un cœur qui bat, j'ai pu ressentir les vibrations sur mon torse tellement qui donné des coups aussi vif sans pour autant donner cette impression d'agressivité . Mais plutôt, une sensation de force de confiance en soi.  L'effet de transe me fût ressentir après quelques minutes en restant ébahi et impressionné. Le tambour sautillé coup par coup sans ce déplacé... C'est un moment indescriptible, la seul chose que je peut conseillé, et de le vivre .




Source: Wikipedia
Radio-canada